Le Wast : l’habitat groupé participatif vous intéresse ? Un forum est organisé le 5 mars

wast

Le samedi 5 mars, au manoir du Huisbois, le parc naturel régional des Caps et marais d’Opale organise le deuxième Forum de l’habitat groupé participatif. Il s’adresse à tous les citoyens qui souhaitent concevoir, créer et gérer leur habitat collectivement. Avec des espaces partagés et un esprit écolo.

La manifestation aura lieu au manoir du Huisbois (parc naturel régional), de 10h à midi.

Depuis 2013, dans le cadre de sa nouvelle charte, le parc naturel régional des Caps et marais d’Opale réfléchit avec Mélanie Huguet pour expérimenter de nouvelles formes urbaines répondant aux enjeux des logements en milieu rural. Des habitats permettant de limiter la consommation de terres agricoles et de proposer un urbanisme durable.

La suite…

Les acteurs de l’habitat participatif réunis au ministère du Logement

minis

Réunion sur l’habitat participatif au ministère du Logement mardi 6 octobre 2015
© Ministère du Logement – Réunion sur l’habitat participatif au ministère du Logement mardi 6 octobre 2015

Sylvia Pinel, ministre du Logement et Alain Jund, président du Réseau National des Collectivités pour l’Habitat Participatif (RNCHP) et adjoint au maire de Strasbourg, ont réuni mardi 6 octobre au ministère du Logement les acteurs de l’habitat participatif.

 

La loi Alur a donné à l’habitat participatif – cette démarche qui permet à un groupe d’habitants de s’associer, parfois avec l’appui d’un bailleur social, pour participer à la conception, la réalisation, puis la gestion au quotidien d’un immeuble destiné à leur habitation – un nouvel élan en le dotant d’un statut, d’une reconnaissance officielle et d’un cadre légal avec la définition des sociétés d’autopromotion et d’attribution et les coopératives d’habitants.

La suite…

Les Français découvrent l’habitat participatif

habitat

Les Français se convertissent à l’habitat participatif, ce modèle qui consiste, pour les futurs habitants, à concevoir eux-mêmes leurs logements, avec des espaces collectifs en nombre. Pour s’en rendrecompte, il suffisait de se rendre aux 4es Rencontres nationales de l’habitat participatif, qui se sont déroulées à Marseille du 9 au 11 juillet. Déjà plus de 400 groupes d’habitants se sont formés en France, dont 300 sont parvenus à l’étape du projet. La loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (loi ALUR du 24 mars 2014) a contribué à cette reconnaissance institutionnelle en créant deux cadres juridiques : la coopérative d’habitants et la société d’autopromotion, qui attendent encore leurs décrets d’application.

A Montpellier, l’aventure commence à l’heure de l’apéritif, à la brasserie du Dôme, où se retrouvent, deux mardis par mois, les candidats à un habitat participatif. La ville a déjà lancé trois appels à projets sur des parcelles qu’elle réserve pour des groupes d’habitants constitués ou en gestation. Trois ans après son lancement, le projet Mascobado (pour « maison coopérative bâtie avec douceur ») est bien engagé. Vingt-trois familles vont emménager en 2016 dans deux immeubles implantés sur un superbe terrain bordé de vignobles et d’un vaste parc, à 10 minutes du centre de Montpellier par le tram.
En savoir plus …

Energie positive et habitat participatif

pyramidion

L’énergie du bâtiment est positive, et celle des habitants aussi. La résidence Pyramidion qui vient d’être inaugurée à Lieusaint est doublement innovante.

Première réalisation à énergie positive mixte (« Bepos », qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme) lauréat en 2013 de l’appel lancé par l’ADEME, le site est aussi la première résidence d’Ile-de-France à proposer le dispositif d’habitat intergénérationnel solidaire « Chers Voisins », initié par le Groupe Logement Français.

La suite…

Habitat participatif : l’auberge espagnole pour les seniors

À Strasbourg, Richard et Erika ont décidé d’emménager dans une copropriété entièrement conçue et financée par eux et leurs futurs voisins. L’immeuble compte huit appartements séparés mais construits comme une seule maison. Il y a des espaces collectifs, jardin, atelier de bricolage, buanderie, salle de réception et même une chambre d’ami en cas de besoin. Près de 400 ans programmes immobiliers de ce type sont recensés en France, dont 30 à Strasbourg. La ville encourage cette nouvelle approche du mieux vivre en collectivité.

Visionner la vidéo…

Habitat participatif : le pari gagné d’Abricoop

abricoop2

Le premier immeuble d’habitat coopératif de Midi-Pyrénées sort de terre dans l’écoquartier de La Cartoucherie à Toulouse. Rencontre avec ses futurs résidents du «troisième type», ni locataires, ni propriétaires.

L’aventure immobilière et sociale d’Abricoop a débuté en 2008, sous la forme d’une association «La Jeune Pousse» et sur la foi de citoyens déjà branchés sur courant «alternatif» (réseau AMAP etc.). D’emblée, le projet se situe au-delà d’un simple habitat participatif et prend la forme d’une coopérative d’habitants. «Nous étions locataires par défaut et pas prêts à devenir propriétaires pour autant, explique Thomas, l’un des pionniers du projet avec son épouse Véronique. L’habitat coopératif est un bon compromis entre logement individuel et vie en communauté : l’intimité de chaque ménage est respectée mais il y a aussi des espaces communs pour le partage.» Reste à mener un combat de longue haleine : au plan local, avec la recherche d’un foncier et la rédaction de statuts, et au plan national, avec d’autres structures, pour plaider la cause de l’habitat coopératif auprès de l’Etat. Et sur ces deux fronts, les «mobilisés» toulousains vont avoir gain de cause. En 2013, Toulouse Métropole leur donne son feu vert pour s’implanter dans un îlot dédié à l’habitat participatif dans la ZAC de La Cartoucherie. Puis, en 2014, la loi ALUR consacre le statut de coopérative d’habitants en France. En l’espace de huit ans, certains ont quitté le navire, d’autres l’ont rejoint. Comme Michèle, âgée 63 ans et informaticienne retraitée : «Pour moi, c’est un moyen de ne pas vieillir trop vite» !

la suite…